Carnets de voyage pingyao chine

Published on février 2nd, 2015 | par Charlotte

1

Chine – Pingyao et Xi’an

29 novembre – 6 décembre 2014

Samedi, c’est journée repos à Pékin après la soirée de la veille et mes 3 jours de crapahutage dans l’arrière-pays. En fin d’après-midi, nous sortons nos nez de l’appartement et partons dans une folle épopée à vélo. Mario m’emmène derrière lui sur le vélo électrique tandis que Céline pédale sur son beau vélo rouge. On se fraye un passage tantôt le long des grands boulevards, tantôt à travers les petites ruelles des hutongs.

Le vélo, c’est sûrement le meilleur moyen de circuler à Pékin. La ville est assez plane, et c’est super agréable de voir défiler toute cette vie tout en faisant partie du décor. Et les vélos et scooters électriques sont très répandus à Pékin. C’est parfois un peu traitre parce qu’on ne les entend par arriver mais ça a le mérite d’être plutôt écologique. Un qualificatif qu’on n’a pas trop l’habitude d’associer à la Chine…

velo pekinbeihai pekin

 

Nous allons boire un verre dans un bar à l’aspect de salon, très confortable, idéal pour un dimanche (on n’est pas dimanche, mais c’est comme si). Nous nous rendons ensuite du côté du lac Beihai pour aller manger un hot pot. Mais le restaurant affiche complet et il y a une longue attente. On se replie donc vers un petit restaurant qui propose de délicieux dumplings faits à la main et en direct.

Pingyao

Le lendemain, je reprends la route, ou plutôt les rails, vers Pingyao, à près de 600km au sud de Pékin, dans la province du Shanxi. Pingyao c’est sans doute la ville fortifiée la mieux préservée de Chine (c’est en tout cas ce qu’ils disent dans le Lonely Planet…). Et c’est vrai que quand on se promène dans ces petites rues encore bordée d’habitations en bois on se sent comme dans un film de Zhang Yimou. Le soir, les lanternes rouges typiques qui éclairent la rue donnent une atmosphère particulière à ce lieu.

chine courchine pingyao

 

Je resterai quatre jours à Pingyao. J’ai acheté un pass qui permet d’accéder pendant trois jours à une quinzaine de lieux intéressants dans la ville tels que les remparts, des petits musées, des temples (temple taoïste, temple de Confucius), etc. Il fait très froid (jusqu’à -7° degrés…), et pendant ces quelques jours, je vis un peu au ralenti. Au bout de deux heures dehors, je dois rentrer pour me réchauffer, tellement le froid m’épuise. Je ressors ensuite une ou deux heures plus tard pour continuer mes visites. Heureusement le petit hôtel où je me trouve est en plein centre-ville historique qui est facile à explorer à pied, et les distances ne sont jamais très grandes.

Après cette plongée dans un aperçu de ce qu’était la Chine aujourd’hui disparue, je prends à nouveau le train pour m’enfoncer encore plus loin dans le pays, jusqu’à Xi’an, encore 500km plus au sud-ouest. C’est là que se trouve l’armée des soldats en terre cuite de l’empereur Qin, merveille archéologique découverte en 1974, classée au patrimoine mondial de l’humanité, et dont une grande partie reste encore aujourd’hui à exhumer.

Pour voir toutes les photos de Pingyao c’est ici: Photos Pingyao et Xi’an

Xi’an

Mais d’abord, je découvre la ville de Xi’an. Une ville très différente de Pingyao, mais aussi de Pékin. On se trouve ici dans le Shaanxi (à ne pas confondre avec le Shanxi, la région voisine) et Xi’an est un carrefour commercial important, à l’extrémité est de la route de la soie. A différentes époques Xi’an fût d’ailleurs la capitale de l’Empire chinois et le Shaanxi est souvent présenté comme le berceau de la civilisation chinoise.

chine xian

La ville comprend une importante communauté musulmane dont l’implantation remonte au Moyen-Âge et aux échanges commerciaux grâce à la route de la soie. Le quartier musulman de Xi’an est réputé, notamment pour sa diversité culinaire. Je m’y promène et je goûte aux spécialités régionales. Mes papilles frétillent encore quand je repense à ce délicieux tofu, coupé en petits dés et assaisonné de mille épices délicieux et de quelques herbes rafraichissantes, et qu’on achète dans la rue, dans des petits pots en cartons.

xian chine

A Xi’an j’ai aussi eu l’occasion d’entrer dans une mosquée et de visiter la Tour de la Cloche et la Tour du Tambour. Ces tours que l’on trouvait dans pratiquement toutes les grandes villes chinoises servaient à l’époque à rythmer la vie des Chinois en leur signalant la fermeture des portes de la cité avant la nuit ou au contraire le début d’une nouvelle journée. Aujourd’hui ces édifices sont devenus des attractions touristiques que ce soit à Xi’an, à Pékin ou dans d’autres grandes villes chinoises.

chine xian tambourchine xian cloche

 

Mais le clou du spectacle, c’est évidemment la fameuse armée, enterrée, et en partie déterrée, qui se trouve à quelques kilomètres de Xi’an. On a beau s’attendre ce qu’on va voir, ça reste impressionnant. Tous ces soldats qui se trouvent là, grandeur nature, chacun soigneusement sculpté, chacun unique avec des traits différents de tous les autres. Et quand on sait qu’à l’origine tous ces soldats étaient peints, c’est encore plus impressionnant !

chine soldats

En plus des soldats il y avait aussi des chevaux, des chars et de nombreuses armes. Toute cette armée a été construire au 3ème siècle avant Jésus-Christ pour accompagner l’empereur Qin dans son voyage dans l’au-delà. Des centaines de milliers d’artisans y ont travaillé pendant des dizaines d’années et une grande partie de ce chef-d’œuvre reste encore à mettre à jour et à restaurer !

chine soldatchine couleur

 

Le tombeau lui-même est pour l’instant resté inviolé car interdit d’accès par les autorités chinoise afin d’assurer sa protection. Les technologies actuelles et les connaissances acquises par les scientifiques sur ce qui se trouve sous le gigantesque tumulus qui abrite la dernière demeure de l’empereur, ne permettent pas à ce jour d’entamer des fouilles sérieuses sans risque de détruire cet incroyable ouvrage qui aurait peut-être été sciemment piégé à l’époque pour éviter toute intrusion…

chine armee

Après cette visite de taille, je passe une dernière journée tranquille à Xi’an, à me balader et déguster une dernière fois les petits dés de tofu, avant de me rendre à la gare pour prendre un train de nuit vers Pékin.

Pour voir toutes les photos de Xi’an c’est ici: Photos Pingyao et Xi’an

Article précédent: Mon arrivée en Chine

Article suivant: Pékin, Shanghai, la Chine !


About the Author

Voyageuse depuis de nombreuses années, Charlotte parcourt le monde et partage ses carnets de voyage, ses conseils et ses réflexions sur son blog. Rejoignez-moi sur mon profil Google+



One Response to Chine – Pingyao et Xi’an

  1. Planete3w says:

    Hello, nous avons fait sans le savoir le même chemin (Pékin, Pingyao et Xi’an). Nous avons apprécié le calme de Pingyao, la folie du quartier musulman de Xi’an, les illuminations de Xi’an à la nuit tombée, l’incroyable Grande Muraille de Chine près de Pékin et les nombres sites touristiques de Pékin.
    Planete3w Articles récents…Que faire à Xi’an ?My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Back to Top ↑