Carnets de voyage pologne

Published on août 30th, 2014 | par Charlotte

3

Une semaine en Pologne

Mardi 19 août – Mardi 26 août

Après l’Allemagne, me voici en Pologne. J’y ai visité 3 villes: Poznan, Gdansk et Varsovie.

Autostop

Contrairement à l’étape Cologne-Berlin, mon trajet en stop vers la Pologne fût un peu compliqué et tumultueux. Mon objectif du jour : Poznan, petite ville polognaise à 250km à l’est de Berlin.

Première étape : sortir de Berlin. Quand on fait du stop, quitter une grande ville est rarement chose facile. Il faut trouver un bon endroit pour démarrer et pour ça il est souvent intéressant d’aller sur internet à la recherche des bons plans donnés par d’autres auto-stoppeurs. J’avais trouvé un blog qui conseillait une station-service accessible par les transports en commun depuis Berlin. J’ai donc suivi les instructions et j’ai pris l’équivalent d’un RER berlinois jusqu’à Michendorf. De là je devais encore marcher trois quarts d’heure pour atteindre la station-service. Il fait chaud, j’ai mon sac sur le dos, autant dire que je suis contente d’y arriver !

C’est marrant d’arriver dans une station-service par derrière, on voit les choses différemment. Je marche jusqu’au bâtiment boutique/toilettes pour une petite pause et pour acheter une carte routière de Pologne. Je vais ensuite sur le parking pour commencer à aborder les gens. Mais très rapidement je me rends compte que je suis dans le mauvais sens ! Je suis dans la station Nord et les voitures qui s’arrêtent ici vont donc vers l’ouest. Or je dois aller vers l’est et donc faire du stop dans la station Sud. La station Sud n’est pas très loin, elle est juste de l’autre côté de l’autoroute. Sauf qu’on ne peut évidemment pas traverser l’autoroute et que je dois faire tout un tour. Et hop ! Encore une bonne demi-heure de marche !

Arrivée de l’autre côté, je suis assez rapidement emmenée par un homme d’affaire qui accepte de me déposer à une station-service un peu plus loin sur la route. La station-service à laquelle il me dépose n’est pas idéale car elle n’est pas tout à fait sur l’autoroute mais un peu en dehors et en plus elle est fort petite. Mais bon, il ne pouvait plus aller beaucoup plus loin, il a déjà fait un détour pour m’emmener là.

Je recommence à chercher et là, coup de chance, du premier coup je tombe sur Bogdan, un routier qui va vers la Pologne. Il accepte de m’emmener mais il ne parle pas du tout anglais et je ne parle pas le polonais. Peu importe, nous arrivons à communiquer un minimum avec des gestes et quelques mots par-ci par-là.

Bogdan est très sympa mais un peu foireux… Je lui avais demandé de me déposer à une station-service et il avait l’air d’avoir compris le principe. Sauf qu’il me dépose à la sortie de l’autoroute juste après la frontière en m’expliquant bien gentiment qu’il y a une station-service à 1km de là, que je peux atteindre à pied. Ok, merci… Je me retrouve donc au bord d’une nationale sur laquelle les voitures roulent vite (pas moyen de refaire du stop à l’entrée de l’autoroute donc) et en plus je constate assez rapidement que le coin est fréquenté par des prostituées. Bonne ambiance !

Je commence à marcher vers la station-service qui, contrairement aux dires de Bogdan, se trouve plutôt à 2km qu’à 1km. Arrivée là-bas, je me rends vite compte que ce que je redoutais se vérifie, personne là-bas ne va vers l’autoroute et encore moins vers Poznan. De plus pas grand monde ne parle anglais et le peu de temps passé avec Bogdan n’a pas vraiment suffit à me faire progresser en polonais…

Je cherche donc une solution alternative et on m’indique qu’il y a une gare pas très loin. Je vais vers la gare mais c’est plus un quai qu’une gare. Il n’y a que deux trains par jour et le prochain passe à 20h c’est-à-dire dans plus de quatre heures. Sur le quai il y a aussi un plan de la ville grâce auquel je décide de continuer à marcher en direction du centre-ville. Je marche presque une heure pour y arriver. Je repasse la frontière à pied en traversant le pont au-dessus de l’Oder (le fleuve qui marque la frontière) et me revoilà en Allemagne !

Je vais à la station de train de Franckfurt-sur-l’Oder, je prends un ticket. Il est presque 17h cela fait à peu près deux heures que je marche. Dans un quart d’heure le train est là et dans deux heures je serai à Poznan devant une bière fraiche. C’est ça aussi les joies du stop…

Poznan et Gdansk

pologne poznanPoznan c’est une petite ville sympa. Il n’y a pas énormément de choses à voir mais le centre-ville est très joli avec une jolie petite place. J’y passe deux nuits, je me promène je mange des pierogis (spécialité polonaise, sortes de raviolis fourrés à diverses choses, très bon).

Le jeudi je prends le train pour Gdansk, sur la côte baltique. J’aime beaucoup les trains en Pologne. Ce sont des trains comme dans les films avec un couloir étroit sur un côté du train qui donne sur des compartiments fermés de l’autre côté. A chaque trajet on a droit à un thé ou un café gratuit accompagné d’un délicieux biscuit en carton.

pologne train

Dans le train, je discute avec ma voisine d’en face, une polonaise qui s’appelle Susana et qui rejoint des amies à Gdansk pour le week-end. Elles vont fêter l’enterrement de vie de jeune fille de l’une d’entre elles. Susana est sympa, elle me parle un peu de la Pologne.

A Gdansk j’ai réservé un lit dans un petit hostel un peu excentré. L’endroit est très chouette il y règne une ambiance très conviviale. Je fais la connaissance de Nika, un haïtien qui vit en Argentine et d’Ana, une finlandaise qui prépare son déménagement car elle vient travailler à Gdansk. Après le repas, je me fais embarquer dans une soirée jeux par Thomas et Michaël, deux suédois. Ils sont rigolos. Ils ont genre 45 ans et ils sont comme des petits fous avec leurs jeux. On joue au Yathzee puis à un jeu où il faut jeter des petits cochons comme des dés. J’arrive même à battre Thomas au puissance 5 (parce que 4 c’est trop facile) et je pense pouvoir considérer ça comme un petit exploit.

plage gdanskLe lendemain je loue un vélo à l’auberge et je pars voir la mer. La plage est belle, je reste un moment. Je roule ensuite en direction de Sopot, petite cité balnéaire voisine de Gdansk. Un chemin avec une piste cyclable est aménagé tout le long de la côte juste derrière la plage et permet de joindre Gdansk et Sopot. Il y a des petites boutiques, des bars et des marchands de glaces et beaucoup de touristes, surtout des Polonais. Sopot c’est joli, je vais manger une lasagne dans un petit resto végétarien.

Je reviens ensuite tranquillement vers l’auberge en faisant des pauses et en me posant longuement sur la plage. Le vélo c’est sympa mais la selle du vélo de l’auberge est extrêmement inconfortable ce qui restreint un peu le plaisir de pédaler…

gdansk plage

Le samedi, je vais passer la journée à Gdansk. Je prends le train pour quelques arrêts. Gdansk est très touristique. Je ne m’attendais pas à y voir autant de monde. La ville est très jolie. On peut aussi se promener sur les quais.

gdansk pologne

Je voulais voir le port et les bateaux mais ça ne sera pas vraiment possible. Le seul moyen est de prendre un bateau touristique mais c’est un peu cher pour mon budget donc tant pis. Je fais une tentative à pieds en longeant les quais mais je suis assez rapidement arrêtée par le chemin qui lui-même s’arrête. C’est pas grave j’aurai sûrement l’occasion de voir d’autres ports…

gdansk solidarnoscAprès avoir flâné un petit peu, je m’extirpe de la cohue du centre historique pour rejoindre le musée Solidarnosc qui traite de l’histoire du célèbre syndicat qui a joué un rôle important dans la lutte contre le régime communiste. L’exposition est assez petite mais bien faite avec des photos qui retracent l’histoire du mouvement, de sa création jusqu’à aujourd’hui.

Varsovie

Dimanche c’est reparti pour un tour de train, je me rends à Varsovie. J’arrive sous la pluie, heureusement l’auberge n’est pas trop loin.

Le lendemain je visite la ville, le centre historique, et je vais voir le musée de l’insurrection de Varsovie. Il y a notamment un film en 3D qui permet de visualiser l’état de la ville après la guerre, c’est assez impressionnant. De manière générale, toutes les villes dans lesquelles je suis passée depuis Berlin ont été quasiment entièrement détruites par les bombardements de la seconde guerre mondiale. A Poznan, Gdansk et Varsovie, les centres-villes ont été reconstruits à l’identique grâce à des archives.

varsovie polognepologne varsovie

varsovie centre

Le mardi, il pleut. Ca ne donne pas trop envie de sortir… Je vais quand même faire un tour et je vais visiter le musée consacré à Frédéric Chopin qui a vécu à Varsovie. Tout comme le musée sur l’insurrection visité la veille, le musée Chopin est très interactif. C’est amusant mais ça devient parfois un peu compliqué à suivre…

Le soir je prends le bus de nuit pour Vilnius. Départ à 23h40, la suite dans un prochain article.

Article précédent: Les premiers jours: l’Allemagne

Article suivant: De Vilnius à Klaipeda, mon séjour en Lituanie


About the Author

Voyageuse depuis de nombreuses années, Charlotte parcourt le monde et partage ses carnets de voyage, ses conseils et ses réflexions sur son blog. Rejoignez-moi sur mon profil Google+



3 Responses to Une semaine en Pologne

  1. Juan-Chantal says:

    « C’est amusant mais ça devient parfois un peu compliqué à suivre… »

    Je ris tout(e?) seul(e?) en te lisant ! Bonne suite d’aventure.com !

  2. Séverine says:

    Ravie de rejoindre ce blog et de suivre tes aventures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Back to Top ↑