Carnets de voyage shanghai chine

Published on février 20th, 2015 | par Charlotte

5

Pékin, Shanghai, la Chine !

Du dimanche 7 décembre au samedi 13 décembre 2014

Pékin

Je suis une nouvelle fois de retour à Pékin, et cette fois-ci pour de bon ! Je vais enfin prendre le temps de partir à la découverte de cette ville pleine de surprises et centre du monde de l’époque actuelle.

chine parc

Pendant une semaine, j’ai la chance de pouvoir occuper l’appartement d’Esther, une amie de Mario et Céline, qui habite à Pékin depuis de nombreuses années. Esther est rentrée en Espagne pour les fêtes de fin d’année me laissant la responsabilité de m’occuper de ses deux chats. Son appartement tout petit et cosy est idéalement situé, dans un quartier assez central, à peine à deux stations de métro de chez mes amis Céline et Mario et puis surtout… dans un « hutong », l’un de ces quartiers traditionnels pékinois en voie de disparition.

chine chat

Céline m’a prêté son beau vélo rouge et je découvre le plaisir de circuler librement dans Pékin à vélo. Malheureusement mon plaisir est de courte durée car le deuxième jour le cadenas se bloque et je suis obligée d’abandonner le vélo accroché à un poteau. Rassurez-vous, Super Mario est arrivé à la rescousse quelques jours plus tard pour sauver le malheureux vélo qui commençait à prendre froid.

En attendant me revoilà condamnée à prendre le métro qui n’est pas mon endroit préféré. Aux heures de pointe ce sont de véritables marées humaines qui envahissent les couloirs souterrains. Ça pousse, ça crache, ça bouscule, et surtout, surtout on ne laisse personne sortir de la rame avant d’y être soi-même entré !

Comment parler de Pékin sans parler de la pollution ? La ville est recouverte presque en permanence par le smog, contraction de « smoke » (fumée) et « fog » (brouillard). Selon wikipédia, « le smog est une brume brunâtre épaisse, provenant d’un mélange de polluants atmosphériques, qui limite la visibilité dans l’atmosphère ». Mmmmmh… ça donne envie !

[Pour en apprendre plus sur la pollution en Chine, une vidéo de l’émission « Le dessous des cartes »]

Lors de mon arrivée à Tianjin, j’avais été fascinée par l’atmosphère un peu surréaliste et mystérieuse que le smog donne à la ville. Pour se protéger des effets néfastes pour la santé de cette pollution permanente et visible, de nombreux Chinois portent des masques, ce qui ajoute une dimension supplémentaire à l’étrangeté des lieux. Au fur et à mesure des jours on s’habitue au smog mais on reste quand même très contents quand, de temps en temps, l’air s’éclaircit et que l’on revoit le bleu du ciel.

Au-delà de ces caractéristiques pas toujours réjouissantes, Pékin n’en reste pas moins une ville passionnante ! J’ai passé la semaine à me promener et évidemment à visiter une partie des nombreuses attractions touristiques qu’offre Pékin à ses visiteurs.

chine temple lamasJe me suis d’abord rendue au Temple des Lamas, l’un des plus importants temples bouddhiques tibétains hors du Tibet. Parmi beaucoup d’autres choses, on peut y admirer un très grand bouddha de 18 mètres de haut. Les fidèles viennent de loin pour voir ce temple, prier et faire des offrandes.

Une autre visite incontournable à Pékin c’est le Temple du Ciel. Tout comme la Cité Interdite, le Temple du Ciel fût construit au 15ème siècle sous le règne de l’empereur Yongle. Il est situé au sein d’un grand parc, qui, comme la plupart des parcs en Chine, est investi par les habitants. Ils s’y rassemblent pour jouer aux cartes, danser en groupe sur de la musique ou faire du tai-chi. Les personnes âgées surtout, investissent très souvent l’espace public pour de telles activités collectives. C’est souvent très amusant à observer et puis ça met une bonne ambiance.

chine temple ciel

La visite de la Cité Interdite fut l’un des moments forts de mon séjour à Pékin. Cet énorme « complexe palatial » porte le nom de Cité Interdite car il fut inaccessible au commun des mortels durant plusieurs siècles. Les empereurs et leur cour y vivaient à l’abri des regards. En dehors des palais principaux, la Cité Interdite regorge de passages, de recoins et de petites salles. Dans l’enceinte de cet endroit mythique, tant d’intrigues, de complots, d’histoires personnelles et de drames se sont déroulés…

chine horlogeLa salle des horloges est l’un des endroits que j’ai préféré. Il faut payer un petit supplément pour y entrer mais cela vaut vraiment la peine ! On peut y admirer des dizaines d’horloges très originales offertes aux empereurs Qing par des pays étrangers tels que la France, l’Angleterre, la Suisse, les Etats-Unis ou le Japon. Chacune d’entre elles est un véritable chef-d’œuvre soigneusement travaillé et orné d’animaux, de personnages, de décorations florales…

J’ai également beaucoup aimé le mur des neufs dragons ainsi que la salle d’opéra ou « Pavillon des Mélodies Joyeuses », un théâtre sur trois niveaux. Des trappes permettaient aux acteurs d’apparaitre ou de disparaitre de la scène de façon spectaculaire.

chine opera

Avant de quitter Pékin, je suis également retournée sur la place Tian’anmen pour aller faire un coucou à Mao. La dépouille du Grand Timonier y est exposée dans un mausolée à l’extrémité sud de la place. Les Chinois achètent une fleur à l’entrée pour l’offrir en hommage à leur ancien président. La visite se fait évidemment sous haute sécurité et les visiteurs n’ont pas le droit de s’arrêter mais peuvent juste passer derrière une vitre pour observer Mao à quelques mètres de distance.

chine mao

Après Mao c’est à Mario que j’ai fait mes adieux, avant de me diriger vers la gare pour aller prendre un train de nuit vers Shanghai.

Retrouvez toutes les photos de Pékin ici: Chine – Photos de Pékin

Trains et crachats

Il y a deux types de gares en Chine. Les plus récentes, qui se trouvent en général à l’extérieur de la ville, sont gigantesques, très modernes, assez propres, et ressemblent à s’y méprendre à des aéroports. Les plus anciennes, qui sont en général les gares les plus centrales au sein de la ville, sont au contraire très encombrées car devenues trop exigües et souvent franchement dégueulasses. Il n’y a jamais assez de places pour que tous les passagers en attente puissent s’assoir et il y a donc des groupes de gens debout ou accroupis dans tous les coins, avec les bagages entassés autour d’eux. Il y a des déchets un peu partout, les incontournables crachats au sol et j’ai même vu un enfant d’environ 4 ou 5 ans faire caca par terre dans la gare… Il faut préciser que les petits enfants en Chine portent des culottes fendues, ce qui leur permet de se soulager à leur aise.

Cela m’amène à un autre sujet assez incontournable quand on voyage en Chine : l’hygiène. L’hygiène en Chine c’est quelque chose d’assez particulier et pas seulement dans les gares. Les voyageurs évoquent souvent le fait que les Chinois sont « sales ». Et c’est vrai que, d’après nos critères occidentaux, les Chinois ne sont pas très propres…

La première chose qui frappe ce sont les crachats. Les Chinois crachent à tout bout de champ. Et le pire, ce n’est pas tellement le crachat en lui-même mais surtout le bruit de raclement de gorge franchement immonde qui le précède. Il parait que cette habitude vient des préceptes de la médecine chinoise traditionnelle selon laquelle il ne faut pas garder d’impureté dans le corps. Le problème c’est que chez certains ça devient un véritable tic.

Un jour, alors que j’attends un bus qui tarde à arriver dans une « petite » ville de campagne, deux hommes à l’arrêt de bus sont en train de discuter. Si l’un des deux crache de manière « raisonnable », c’est-à-dire à peu près toutes les 5 minutes, l’autre n’arrête pas. Il crache à peu près toutes les 30 secondes, une vraie machine à glaire ! Au bout d’une demi d’heure le mec avait réussi à créer une petite mer de salive dégueulasse sur le morceau de route devant lui…

Dans la catégorie « dérivé » des crachats, il y a le mouchage de nez avec les doigts et évidemment sans mouchoirs. La plupart des Chinois se mouchent en se pinçant une narine et en soufflant dans l’autre. Quand on a de la chance, ils font ça au-dessus d’une poubelle ou dans le caniveau. Sinon c’est juste par terre…

Au-delà de ces comportements les plus communs, j’ai eu la chance d’assister à d’autres petits moments de poésie… Cette jeune fille qui se cure très naturellement les oreilles avec le petit doigt en attendant que le feu du passage pour piétons passe au vert, et qui inspecte attentivement ses découvertes avant de les éjecter d’une pitchenette. Cet homme qui arrête son scooter sur la route pour pisser sur la borne centrale au milieu de la circulation. Ce jeune garçon, accroupi au milieu d’un hall de gare, qui se coupe les ongles avec des petits ciseaux en laissant bien évidemment tout tomber par terre. Ou encore cette dame qui travaillait à l’auberge où je séjournais à Pingyao qui ne fermait jamais la porte des toilettes. Je me suis plusieurs fois retrouvée face à elle accroupie alors que j’entrais dans la salle de bains. Au bout de quelques jours, ça ne me surprenait même plus.

Shanghai

Mais revenons-en à mon récit de voyage. Lorsque j’arrive à Shanghai, je suis malade, j’ai chopé la crève. Avec le froid qu’il a fait ces dernières semaines en Chine, ça devait arriver… Je passerai donc une bonne partie de mes deux premiers jours au lit, bien au chaud, à boire du thé et à me reposer.

chine bundJe vais quand même faire un petit tour sur le « Bund », la mythique promenade de Shanghai. D’un côté on peut observer de nombreux immeubles qui datent de l’époque coloniale, et en face, de l’autre côté de la rivière, c’est le Shanghai moderne, avec ses tours futuristes et ses lumières.

Le jour d’après, quand je suis à peu près rétablie, je vais faire un tour dans la célèbre concession française et voir le quartier des affaires d’un peu plus près. Le soir je vais boire un verre avec Jintong, un chinois rencontré dans le transsibérien au mois de septembre et qui vient de déménager à Shanghai pour son travail.

chine tours

C’est déjà l’heure de dire au revoir à la Chine. J’arrive bientôt au terme de mon premier mois de visa et il est temps pour moi de sortir du pays. Le mercredi 17 décembre je prends un train pour Fuzhou d’où j’ai prévu de traverser vers Taiwan, ma prochaine destination ! Fuzhou se trouve « un peu » au sud de Shanghai, à près de 800 km…

Les notions de distances changent lorsqu’on se trouve en Chine. Le pays est tellement énorme qu’il devient normal de faire des centaines de kilomètres pour passer d’une ville à l’autre. Pour mes excursions à Pingyao et Xi’an par exemple, j’ai fait plus de 2000 km aller-retour. Et pour me rendre à Shanghai depuis Pékin, c’est 1200 km que j’ai parcouru en train. Le transport aura d’ailleurs constitué l’essentiel de mon budget de voyage en Chine, car tous ces kilomètres en train finissent par revenir cher.

chine fin

Je garde une impression très particulière de la Chine. Quand je l’ai quittée, j’étais contente, presque soulagée de quitter ce pays que j’ai trouvé inconfortable pour voyager à cause de différents aspects tels que la saleté, la pollution, les distances énormes et les villes trop grandes. Et puis les Chinois qui ne sont franchement pas toujours très sympathiques ou souriants… Mais au moment où j’écris ces lignes, quelques semaines après avoir quitté la Chine, je n’ai qu’une envie, c’est d’y retourner ! C’est un pays fascinant et dans lequel on est vraiment confronté à l’étranger dans le sens d’ « étrange ». Les Chinois sont tellement différents, qu’ils ne peuvent pas nous laisser indifférents. Et s’ils m’ont souvent exaspérée il est certainement vrai aussi que je n’ai sûrement pas encore saisi le tiers du quart de leur culture.

Retrouvez toutes les photos de Shanghai ici : Chine – Photos de Shanghai

Article suivant: Les iles Matsu, un secret bien gardé

Article précédent: Chine – Pingyao et Xi’an


About the Author

Voyageuse depuis de nombreuses années, Charlotte parcourt le monde et partage ses carnets de voyage, ses conseils et ses réflexions sur son blog. Rejoignez-moi sur mon profil Google+



5 Responses to Pékin, Shanghai, la Chine !

  1. raguet says:

    Merci Charlotte, nous te suivons depuis novembre (tu nous as efficacement orientés vers Russie Autrement pour nos vouchers). Tes commentaires sont très intéressants et perspicaces !
    Nous sommes en Chine depuis 3 semaines et pour encore 5 semaines. Nous allons prendre le Transmongolien depuis la frontière Chine-Mongolie jusqu’à Moscou (enfin, on va essayer !). A bientôt de te lire ! Nadine et Michel.

    • Charlotte says:

      Hello Nadine et Michel ! Merci de suivre le blog et merci pour votre commentaire. Je suis en ce moment aux Philippines où je fais du volontariat. La suite des articles sur le blog ce sera d’abord Taiwan où j’ai passé un mois et demi. Je vous souhaite beaucoup de plaisir dans la suite de votre voyage en tout cas. Profitez-bien de la Chine, … et bonne route jusqu’à Moscou !

  2. Bonjour Charlotte,
    Je furetai sur le net en pensant à ce voyage que je rêve de faire depuis toujours : Moscou – Pékin en transsibérien (que j’espère réaliser en 2016 :)), et je suis tombée sur votre blog.
    J’aime vraiment vos récits et commentaires, à la fois directs et efficaces, mais sensibles et drôles malgré tout. Merci donc.
    Et comment ça va aux Philippines ?
    Si jamais vous repassez par Paris, n’hésitez pas à me contacter pour aller boire un café, ce sera avec grand plaisir.
    Amicalement,
    Agnès
    Agnès Rougier Articles récents…Le parc de Hwangé au Zimbabwe : royaume des éléphantsMy Profile

    • Charlotte says:

      Merci beaucoup Agnès pour ces compliments !
      Tout se passe bien pour moi aux Philippines. Je travaille en ce moment avec des enfants dans une ambiance très familiale et détendue.
      Et le pays est magnifique.
      Je vous souhaite beaucoup de succès dans la réalisation de votre projet pour 2016 et si je passe par Paris, je vous ferai signe.
      Très bonne journée à vous,
      Charlotte

  3. Planete3w says:

    Hello, nous avons sommes en Chine depuis 15 jours et c’est vrai que c’est difficile de s’adapter aux chinois. Pour le moment nous avons visité Pékin, Pingyao, Xi’an et Chengdu et hormis la Grande Muraille de Chine nous n’avons pas eu vraiment de coup de coeur. Nous partons bientôt vers le Yunnan, en espérant découvrir un peu plus d’authenticité :).
    Planete3w Articles récents…Visiter Pékin en 6 jours : carnet de voyageMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Back to Top ↑