Carnets de voyage taiwan matsu

Published on mars 2nd, 2015 | par Charlotte

3

Les iles Matsu, un secret bien gardé

Du 18 décembre au 20 décembre 2014

Comme vous le savez (ou pas), j’essaie de voyager le plus possible sans prendre l’avion. Quand j’ai décidé de me rendre à Taiwan depuis la Chine, j’ai donc cherché un moyen d’atteindre l’ile par la mer. J’ai trouvé deux solutions différentes, l’une par Fuzhou et l’autre par Xiamen, deux villes chinoises située sur la côte est. J’ai choisi la solution par Fuzhou car c’était la plus économique des deux. Par contre c’est un peu compliqué…

Vers Taiwan…

Depuis Fuzhou je dois atteindre Mawei, la localité juste à côté. De là je dois prendre un « speed boat » pour atteindre les iles « Matsu », un archipel à deux heures de bateau de la Chine mais qui appartient à Taiwan. Depuis les « Matsu » je dois prendre un ferry pendant une dizaine d’heures pour atteindre Keelung, un port au nord de Taiwan.

J’arrive donc à Fuzhou avec le train depuis Shanghai. De là, je prends directement un taxi jusqu’à Mawei et plus précisément jusqu’au « 7 days Inn » qui est l’hébergement le moins cher que j’ai trouvé grâce à des recherches sur internet. Mawei n’étant pas du tout un endroit touristique, les possibilités d’hébergement sont limitées… Et étant donné que le bateau part tôt le matin et que les distances en Chine sont toujours énormes je préfère jouer la prudence et être sur place la veille plutôt que de loger à Fuzhou où j’aurais pu trouver un couchsurfing.

chine hotelAu « 7 days Inn » de Mawei personne ne parle anglais. On arrive cependant à se comprendre suffisamment que pour que je puisse commander un taxi pour m’emmener au terminal de ferry le lendemain matin. Je passe ensuite une soirée bien tranquille dans ma chambre où je mange des nouilles instantanées en regardant la télé chinoise.

Le lendemain je me rends au petit terminal de Mawei. Je reçois un joli cachet de sortie sur mon passeport avant d’embarquer sur le bateau qui va m’emmener à Taiwan. Le « speed boat » n’est pas bien grand mais il est rapide ! Il fait des bonds sur les vagues et des sensations de montagnes russes dans l’estomac. Couplé à un léger mal de mer, le voyage n’est pas des plus agréable. J’écoute de la musique et je somnole en essayant de ne penser à rien.

Enfin, après deux heures de turbulences, c’est l’arrivée au quai et les pieds sur la terre ferme. J’ai les jambes qui flageolent encore un peu pendant les formalités d’entrée. Je suis accueillie par une personne de l’hostel (auberge de jeunesse) que j’avais contactée par mail avant d’arriver à Matsu. J’ai réservé une nuit sur place car le ferry pour Keelung part le matin et il n’est donc pas possible de l’avoir le jour même. Et puis je me dis que l’endroit vaut peut-être la peine. Et je ne vais pas être déçue…

matsu taiwan

Matsu

Les iles Matsu, c’est en fait un archipel de 19 iles et ilots dont les principales sont Nangan, Beigan, Juguang et Dongying. Ces iles appartiennent à Taiwan mais sont situées à 20km à peine des côtes chinoises. Un endroit stratégique dans le conflit qui oppose la Chine continentale et Taiwan donc. C’est ici qu’un petit résumé de l’histoire est peut-être nécessaire pour contextualiser…

Entre 1927 et 1949, la Chine a connu une guerre civile entre d’une part le Kuomintang, parti nationaliste, et, d’autre part, le parti communiste. Ce long conflit armé a connu au fil des ans de nombreux rebondissements mais vers la fin des années 40 le parti communiste, alors mené pas Mao Zedong, prend petit à petit l’avantage sur le Kuomintang de Tchang Kaï-Chek. Ce dernier se replie alors à Taiwan, tandis qu’à Pékin, Mao proclame la naissance de la République populaire de Chine.

statue matsuDe nombreux civils fidèles au parti nationaliste suivent Tchang Kaï-Chek et son armée à Taiwan, ce qui accroit la population de l’ile d’environ 2 millions de personnes. Taipei est proclamée capitale provisoire de la République de Chine. Le régime communiste de Mao passera encore à l’attaque à plusieurs reprises pour prendre le contrôle des iles occupées par les nationalistes mais ne parviendra pas à récupérer Taiwan ni les iles Matsu ou Jinmen.

Dans un premier temps, Taiwan est reconnu par l’ONU comme la « vraie » Chine et y occupe un siège sous le nom de « République de Chine ». En 1971, l’Organisation des Nations Unies change son fusil d’épaule et reconnait la République populaire de Chine comme légitime, reléguant Taiwan au statut de province de la République populaire.

Dans les faits Taiwan fonctionne comme un pays indépendant mais n’a pas vraiment de statut très clair. En Chine, la plupart des Chinois avec lesquels j’ai eu l’occasion d’en parler considèrent que Taiwan « appartient » à la Chine et que l’ile devra un jour être rattachée au pays. Les Taiwanais par contre ne veulent pas en entendre parler et se considèrent comme un pays indépendant. Depuis quelques années, les relations entre la Chine et Taiwan se sont quelques peu apaisées même si Taiwan reste un enjeu géostratégique important dans la région.

Nangan

matsu nanganMais revenons-en à Matsu. J’arrive donc à Nangan le jeudi matin où je suis accueillie par une dame de l’hostel où j’ai réservé. Nous arrivons assez rapidement au petit village où je vais passer la nuit. C’est très joli. J’installe mes affaires, je me repose une petite demi-heure, et je pars ensuite explorer l’ile. Dans le prix de la nuit est compris un scooter pour la journée. C’est donc sur deux roues que je prends la route.

Il est midi passé et j’ai faim. Je vais manger des nouilles puis je vais découvrir les tunnels construits au moment de la guerre civile. Il reste sur Matsu de nombreuses traces de la guerre, principalement sous la forme d’installations militaires, certaines toujours en usage et d’autres laissées à l’abandon ou aménagées pour les touristes. Les tunnels creusés dans la roche sont impressionnants surtout ceux qui servaient à cacher les bateaux et qui sont donc très larges.

matsu tunnel

L’ambiance sur l’ile est très décontractée et paisible. Le contraste avec les installations militaires omniprésentes qui nous ramènent à la violence des événements passés est assez bizarre. Et puis il y a le petit sentiment un peu étrange et tendu que l’on ressent lorsqu’on aperçoit les côtes du continent, toutes proches, et qui nous rappellent que Taiwan n’est officiellement pas encore reconnu comme un pays à part entière, et que le géant chinois et là, et qu’il semble surveiller attentivement ces petits bouts de rochers posés dans la mer.

matsu amisAu détour d’un tunnel, je rencontre Anthony et Dora, un New-yorkais et une Taiwanaise. Nous sommes sans doute les trois seuls touristes de l’ile et nous nous sommes retrouvés. Et comme nous logeons évidemment au même endroit, nous avons les mêmes scooters bleu et jaune. Nous devenons amis et nous formons à présent un vrai gang !

Nous nous rendons au musée où nous en apprenons plus sur l’histoire de Matsu. Après un petit passage au « 7 Eleven » pour acheter un en-cas, nous continuons notre exploration en nous rendant vers la pointe nord de l’ile. Un charmant petit temple se trouve là, sur un promontoire avec une belle vue. Le soir commence à tomber mais il nous reste quelqu’un à voir avant de pouvoir dire que nous avons fait le tour de l’ile. Nous reprenons nos bécanes pour aller rendre visite à Matsu, la déesse de l’ile et de la mer à laquelle l’archipel doit d’ailleurs son nom.

La statue est très haute, près de 30 mètres de haut, et toute blanche. Elle est installée sur une haute structure et on l’aperçoit depuis de nombreux endroits de l’ile. Nous montons les marches pour arriver à ses pieds. C’est peut-être encore mieux de la voir de nuit. Eclairée, elle est très impressionnante et on se sent tout petits à la côtoyer d’en bas.

matsu statue

Nous nous rendons dans l’un des petits villages, où se trouve une rue bordée de quelques petits restaurants. Nous en choisissons un qui propose des plats végétariens et nous y dégustons de délicieux dumplings aux patates douces. Après le repas, sur les coups de 18h30, c’est l’heure de la gymnastique collective. Les habitants de la rue sortent tous sur le pas de leur porte, une sono diffuse de la musique, et tout le monde se trémousse en rythme en effectuant des exercices de gymnastique. C’est juste génial ! Ils font ça tous les soirs à la même heure et aujourd’hui Anthony, Dora et moi sommes de la partie.

En rentrant à l’hostel je prends quelques renseignements pour la journée du lendemain. J’ai décidé de rester un jour de plus à Matsu et de prendre le ferry pour Keelung le surlendemain. Par contre, mauvaise nouvelle, il n’est en fait pas du tout sûr que le ferry arrive. Le ferry est censé circuler tous les jours mais en hiver les conditions météo ne le permettent pas toujours car la mer est souvent trop agitée. Nous sommes le 18 décembre et depuis le début du mois, il n’y a que 6 ferries qui sont arrivés. S’il n’arrive pas demain soir je peux toujours patienter un jour de plus, mais s’il tarde trop, je vais être obligée de prendre l’avion…

Toutes les photos de Nangan ici: Matsu – Photos de Nangan

Beigan

Le lendemain, changement d’ile pour tout le monde ! Le temps a changé et c’est sous la pluie que nous reprenons une dernière fois la route en direction du port sur nos scooters. Tandis que mes nouveaux amis attendent le bateau pour Dongyin, j’embarque sur celui pour Beigan où je vais passer la nuit dans un autre hostel qui appartient aux mêmes personnes et qui propose la même formule avec scooter inclus pour la journée.

matsu beigan

En arrivant au petit port de Beigan, bonne nouvelle ! Le ferry est parti de Keelung et sera donc au rendez-vous le lendemain matin pour m’emmener. Je peux maintenant profiter de ma journée l’esprit léger. Le village de Qinbi, où je vais passer la nuit, est vraiment très beau avec ses maisons en pierre. C’est un village traditionnel de style « Fujian ».

Aujourd’hui c’est donc seule et sous un ciel gris et pluvieux que je pars explorer cette nouvelle ile encore plus déserte et sauvage que Nangan. Après avoir visité le petit temple qui surplombe le village, je prends le scooter pour grimper au sommet de la colline. La route monte fort à travers la forêt et au sommet se trouvent d’anciennes installations militaires à moitié recouvertes de végétation.

matsu jungle matsu militaire

 

Je repars ensuite sans objectif précis, visitant l’ile au hasard, et au fil de la journée j’ai à chaque fois l’impression de découvrir des endroits secrets et incroyables. Il faut dire qu’il n’y a quasiment personne et que l’ambiance « jungle, temples cachés, et bâtiments abandonnés », le tout sur une ile d’une beauté sauvage, donne un caractère magique aux lieux.

matsu pecheEn milieu de journée j’arrive dans un petit village de pêcheurs où je mange une délicieuse soupe aux haricots rouges servie par une vieille petite madame. Je repars ensuite pour visiter l’autre partie de l’ile où sont exposés des chars, mitrailleuses, et autres équipements de guerre, et où l’on peut se promener dans d’anciens bunkers et tunnels à flanc de falaise.

C’est déjà la fin de cette journée qui a passé trop vite. Je passe au « 7 Eleven ». Les employés sont occupés à déballer les cartons arrivés par le ferry. Il était temps, les étalages commençaient à être un peu vides. J’achète de quoi manger et je rentre vers le village sous la lumière des étoiles et du phare de mon scooter.

Encore une fois, je ne regrette vraiment pas d’éviter de prendre l’avion. Sans ça je n’aurais jamais mis les pieds sur ces iles secrètes dont je n’avais jamais entendu parler. Et c’est l’un des endroits les plus intéressants que j’ai vu pour l’instant.

Toutes les photos de Beigan ici: Matsu – Photos de Beigan

matsu temple

Au revoir Matsu

matsu ferryLe lendemain, je reprends le bateau vers Nangan à la rencontre du ferry. Il est là, rouge et blanc sous le ciel bleu, c’est lui qui va m’emmener jusqu’à Keelung, port au nord de Taiwan. Je passe les deux premières heures à l’extérieur à regarder le paysage. Nous arrivons à Dongyin, où nous faisons une halte le temps de charger et décharger marchandises et passagers. Je profite que le bateau soit à l’arrêt pour manger un morceau et me promener sur le pont.

Ce trajet en ferry est différent de mes précédents. Il fait extrêmement calme sur le bateau et on ne croise personne dans les couloirs ou les espaces communs. Il faut dire que le bateau bouge dans tous les sens. Aller jusqu’aux toilettes est un véritable défi et il faut se tenir aux murs pour ne pas tomber quand on se déplace. Tous les passagers sont installés sur leurs couchettes et même le personnel semble s’être retranché en cabine. Je ne ferai pas exception à la règle, je vais moi aussi m’allonger.

taiwan keelungHuit heures plus tard, nous arrivons à Keelung. Il est 19h, et nous sommes accueillis par les lumières de la ville. Après quelques manœuvres, tous les passagers descendent et je rejoins la gare toute proche pour prendre un train. Quelques arrêts plus loin, je rencontre Amy qui travaille à l’auberge de jeunesse où j’ai réservé et qui est venue me chercher à la gare.

Je suis à Taiwan pour de bon !

Prochaine étape : Taitung, sur la côte est, où je vais passer deux semaines dans un hostel pour donner un coup de main en échange d’un hébergement gratuit. L’article est ici: Take your time à Taiwan

Toutes les photos de Nangan: Matsu – Photos de Nangan

Toutes les photos de Beigan: Matsu – Photos de Beigan

Article précédent: Pékin, Shanghai, la Chine !


About the Author

Voyageuse depuis de nombreuses années, Charlotte parcourt le monde et partage ses carnets de voyage, ses conseils et ses réflexions sur son blog. Rejoignez-moi sur mon profil Google+



3 Responses to Les iles Matsu, un secret bien gardé

  1. Chris des DDM says:

    Salut Charlotte,

    Ca fait un bail… C’est Susana qui m’a dit que tu faisais un petit tour du monde… Je lis maintenant ton blog, et waw!!!
    Vivement la suite de tes aventures…

    Christophe

    • Charlotte says:

      Salut Christophe !
      Merci pour ton message. Mon tour du monde sera plutôt un tour d’Asie pour cette fois… J’espère que tout va bien pour toi, j’ai eu de temps en temps de tes nouvelles via Susana ou Anneke.
      Bises,
      Charlotte

  2. Susana says:

    Magnifiques ces petites îles ! a chaque lecture sur ton blog, je voyage avec toi 🙂 Vivement la découverte de Taïwan ! je t embrasse bien fort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Back to Top ↑